Visite à la zone industrielle de Yopougon – Jean-Marie Ackah découvre un futur champion national voire continental

Mercredi 08 Juin 2022

Le président de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), Jean-Marie Ackah, a entrepris le mardi 7 juin 2022, une visite de terrain au sein de l’entreprise Kaera Cosmetic située en zone industrielle de Yopougon. Cette entreprise qui évolue dans l’industrie cosmétique, selon son président directeur général, Fodé Yatabaré, par ailleurs membre du conseil d’administration de la CGECI, a avait tout perdu dans un incendie en 2018. Mais elle a su remonter la pente après cette dure épreuve et aujourd’hui sur une pente ascendante. L’entreprise compte plus de 600 collaborateurs en Côte d’Ivoire et dans les 32 pays à travers le monde où ses produits sont distribués. Tous les pays francophones sont couverts, auxquels il faut ajouter des pays anglophones dont le Nigeria, le Ghana et autres om l’entreprise fait la promotion du made in Côte d’Ivoire. Elle utilise le cacao, l’huile de coco, la potasse caustique, la peau de banane, etc.

Une jeune entreprise industrielle portée par des Ivoiriens…

Le président Jean-Marie Ackah s’est dit heureux d’avoir commencé sa tournée par l’entreprise Kaera Cosmetic en laquelle il voit « un véritable champion africain de demain. » Deux raisons principales soutiennent sa conviction. La première, c’est qu’en tant qu’industrie, elle est au cœur de la problématique du développement de la Côte d’Ivoire, « l’exemple concret d’une transformation structurelle de l’économie ivoirienne par l’industrialisation. » Il explique que dans la marche économique d’un pays comme la Côte d’Ivoire, il doit nécessairement passer par une étape d’industrialisation, avant d’aspirer à d’autres niveaux de processus économique. « C’est l’industrialisation qui créera les emplois qui augmenteront une classe moyenne en Côte d’Ivoire qui aura besoin de services et autres, qui vont venir alimenter  le cercle vertueux de l’économie et faire de notre économie une économie émergente », explique le président de la CGECI.

La deuxième raison de sa grande fierté, c’est qu’il s’agit d’une « entreprise jeune portée par un jeune Ivoirien, avec des résultats impressionnants en termes d’emplois, de qualifications et de prise en compte de la question du genre. Les études indiquent que si nous voulons atteindre nos objectifs économiques, nous devons nous apprêter à créer 5 millions d’emplois durables d’ici 2030.  Alors quand JMA voit ainsi une jeune entreprise locale qui porte plus de 500 emplois,  il se laisse convaincre que la jeunesse ivoirienne saura prendre à bras le cœur ce challenge économique. « Le pays a besoin certes d’investisseurs étrangers, de multinationales, mais il ne pourra pas se construire sans l’émergence d’entreprises ivoiriennes pérennes, sans l’émergence d’industriels ivoiriens, sans une présence significative d’intérêts nationaux à tous les niveaux. C’est ce que nous soutenons à la CGECI, dans le vocable de champions nationaux », a affirmé Jean-Marie Ackah. A l’entendre, cette entreprise est une parfaite illustration de ce que les Ivoiriens sont capables de faire.

Survivre aux crises multiples dont la guerre en Ukraine 

Il a encouragé le PDG Fodé Yatabaré et ses équipes à continuer de relever le challenge, persuadé que si un jour la Côte d’Ivoire comptait 100 entreprises avec de telles potentialités, « alors nous pourrons dire que nous sommes au portes de l’émergence. » Malgré ce tableau flatteur,  cette entreprise modèle connait pourtant quelques difficultés avec l’inflation galopante qui entraine la flambée de la matière première.  Le patron de l’entreprise a confié en tout cas que c’est très difficile actuellement avec la Covid-19, puis la guerre en Ukraine. « Il y a une crise des matières premières. L’approvisionnement est très difficile à faire et nous avons dû mettre en place un plan de résilience. Nous essayons de trouver des solutions mais nos résultats sont beaucoup affectés. Les coûts de revient sont beaucoup impactés, vu que la matière première a augmenté. Mais pour des raisons sociales, nos produits s’adressant à des consommateurs qui n’ont pas assez de moyens, nous ne pouvons pas refléter l’inflation sur les prix. Ce qui affecte la rentabilité de nos produits », a déclaré Fodé Yatabaré. Il s’est dit fier d’avoir reçu la visite du Président Jean-Marie Ackah, qui entamait ainsi une tournée qui va s’étendre sur plusieurs semaines et mois, pour apporter le soutien  du Patronat aux entreprises qui vivent ces moments difficiles. L’objectif est de les encourager, de s’imprégner de leurs réalités, pour mieux porter le plaidoyer en leur faveur auprès des autorités publiques quand cela est nécessaire.

Emmanuel Akani 



Publicité

SONDAGE

Dossier des 18 000 tonnes de riz avarié : le Chef de l'Etat a donné instructions aux Ministres de prendre toutes les sanctions contre les responsables au terme de l'enquête. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:372 Resultat Archive


PORTRAIT


Solomon Mugera

Directeur de la communication de la BAD

M. Mugera, un ressortissant kenyan est un journaliste et gestionnaire de médias chevronné avec plus de 20 ans d'expertise à l'échelle internationale. M. Mugera qui a travaillé pour la British Broadcasting Corporation (BBC) Africa, a présidé la plus grande expansion de la BBC sur le continent ... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 45-4010-10
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés