Filière anacarde - Les acteurs en quête de solutions pour améliorer le financement de la transformation locale

Friday 01 December 2023

L’initiative Prosper Cashew, mise en œuvre par TechnoServe et financée par le département américain de l’agriculture, dans le cadre de son programme Food for progress, a organisé le mercredi 29 novembre 2023, à Abidjan, un forum pour plancher sur la problématique de l’accès au financement de la transformation de la noix de cajou. Ce projet quinquennal de 27 millions de dollars vise à augmenter le volume de transformation de la noix de cajou en Afrique de l’Ouest. Mais sa mise en œuvre est confrontée aux difficultés d’accès au financement qui représentent un obstacle majeur au développement de la filière, en particulier pour les transformateurs.

C’est donc pour apporter une réponse à cette problématique que Prosper Cashew a initié cette rencontre de mise en relation des transformateurs avec des institutions financières, notamment des banques commerciales, des fonds d’impact, des fonds de garantie, le Conseil du Coton et de l’Anacarde (CCA) et bien d’autres acteurs clés.

L’objectif était de faciliter un dialogue constructif entre les différentes parties, afin d’explorer des pistes de solution identifiées pour mettre en place des instruments de financement ciblés et favoriser une meilleure compréhension du fonctionnement de l’industrie du cajou. « Notre souhait est que ces échanges débouchent sur des propositions de collaboration et la mise en place de mécanismes de financement capables de soutenir efficacement les usiniers, dans le respect des normes prudentielles applicables aux établissements de crédit », a déclaré Sarah El Ouadili, Capital investment Lead chez TechnoServe, lors de sa présentation.

La rencontre a permis aux participants de partager des connaissances approfondies sur les risques et les opportunités associés au secteur, mais également d’explorer des solutions et des instruments de financement innovants.

Les travaux ont révélé que les difficultés rencontrées par les transformateurs proviennent principalement de la perception du risque qu’ont les institutions financières du secteur. Pour obtenir un financement, notamment de fonds de roulement, les usiniers devront améliorer la gouvernance de leurs entreprises, améliorer leur compétitivité en maîtrisant les coûts de production, en créant de la valeur et en mettant l’accent sur la gouvernance et la qualité, « la clé pour vendre sur le marché international. »

Sur ces questions, ils peuvent compter sur Prosper Cashew qui leur apporte une assistance multiforme notamment à travers son partenariat avec AGF qui offre un taux de couverture allant jusqu’à 75 % pour accompagner les transformateurs, mais aussi un encadrement pour résorber le problème de rentabilité.

Dans le même sens, selon son représentant, le Conseil du Coton et de l’Anacarde multiplie les initiatives de promotion de la transformation locale. Il a en perspectives la valorisation des sous-produits, la création de centres de services logistiques et le développement du label « Made in Côte d’Ivoire », en plusieurs des guichets déjà disponibles pour aider les producteurs et les transformateurs de la filière.

 « Plus le secteur sera performant, plus les banques donneront du crédit et s’engageront à abaisser les taux. Mais il est important qu’on se parle et qu’ait une même compréhension de ce dont on parle », note un banquier.

Au terme des travaux, des recommandations ont été formulées pour faciliter l’élaboration et la mise en œuvre d’instruments et de solutions de financement mieux adaptés aux réalités et aux préoccupations du secteur. Un groupe de travail restreint incluant toutes les parties prenantes sera mis en place pour travailler dans ce sens.

Prosper Cashew, par la voix de Sarah El Ouadili, appelle à « continuer à pousser les transformateurs de la noix de cajou », qui ont un rôle essentiel aujourd’hui dans la filière anacarde qui pèse 9% du PIB ivoirien et qui créerait plus de richesse si ce problème d’accès au financement était résolu.

Edouard Amichia 


Publicité

SONDAGE

Dossier des 18 000 tonnes de riz avarié : le Chef de l'Etat a donné instructions aux Ministres de prendre toutes les sanctions contre les responsables au terme de l'enquête. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:435 Resultat Archive


PORTRAIT


Soumaré Issouf

Professeur titulaire et Directeur du Laboratoire d’ingénierie financière de l’Université Laval (LABIFUL) au Canada

Prof. Issouf SOUMARÉ est Professeur titulaire et Directeur du Laboratoire d’ingénierie financière de l’Université Laval (LABIFUL) au Canada. Il est également le Président-Fondateur de l’INSTITUT SOUMARÉ DE LA FINANCE et de l’UNIVERSITÉ SOUMARÃ... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 45-4010-10
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés