Guerre commerciale mondiale - Les défis d'une nouvelle réalité pour l'Afrique

Wednesday 29 May 2024

Le marché des voitures électriques et d'autres nouvelles technologies telles que les énergies renouvelables peuvent remodeler la chaîne de valeur mondiale et les flux commerciaux, offrant des opportunités et des défis pour l'Afrique. 

Les États-Unis ont annoncé une augmentation des droits de douane sur les voitures électriques chinoises pouvant aller jusqu'à 100 %. C'est quatre fois plus que les droits de douane actuels. Et l'augmentation des barrières aux produits fabriqués en Chine ne s'arrêtera pas là. Joe Biden a également averti récemment d'une augmentation des droits de douane sur d'autres produits tels que les puces, les fournitures médicales, les minéraux critiques, les panneaux photovoltaïques et bien d'autres encore, qui devront être payés à la douane américaine. La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, qui a débuté avec Trump, s'intensifie. Les États-Unis répondent à la Chine qu'ils accusent de subventionner certaines industries avec de l'argent public pour ensuite inonder le marché mondial de produits moins chers que ceux produits localement et contrôler certains marchés clés.

L'Europe après ?

Quelle que soit l'évolution de la confrontation politico-économique entre les deux grandes puissances mondiales, les conséquences et les réactions dans le reste des marchés ne tarderont pas à se faire sentir. À commencer par l'Union européenne, deuxième marché de consommation au monde. Si le marché américain devient plus difficile pour les entreprises chinoises, les puces, les voitures électriques ou les panneaux solaires qui ne peuvent plus être vendus aux États-Unis pourraient bien se diriger vers les ports européens à la recherche d'acheteurs.

Mais contrairement aux produits « made in China » des dernières décennies, certains de ces biens sont en concurrence avec des industries économiquement et socialement importantes et puissantes en Europe. Le vieux continent tente de reprendre en main la fabrication des puces après l'avoir déléguée aux usines asiatiques pendant des années, après avoir pris conscience de sa nature stratégique. Craignant qu'il ne se passe la même chose qu'avec la fabrication locale de panneaux solaires, qui a disparu face à la concurrence du « Made in China », il a déjà annoncé qu'il examinait la possibilité d'une aide illégale aux constructeurs automobiles chinois, comme première étape vers le blocage ou la limitation de leurs ventes en Europe. La récente décision des États-Unis d'augmenter les droits de douane sur certains produits chinois n'a fait qu'accroître la pression exercée dans ce sens sur les dirigeants de Bruxelles.

Les conséquences pour l'Afrique

Avec une énorme capacité de production dépassant son marché intérieur, les entreprises chinoises devront chercher de nouveaux marchés. Non seulement pour les produits bon marché et de technologie moyenne qu'elles exportaient il y a dix ans, mais aussi pour les produits de moyenne et haute technologie tels que les panneaux solaires, les puces et les voitures électriques. Mais aussi pour des produits de moyenne et haute technologie, tels que les panneaux solaires, les puces, les voitures électriques et autres. Compte tenu du conflit commercial mondial qui règne, les marchés émergents tels que l'Amérique latine et l'Afrique deviennent donc des destinations plus attrayantes que jamais pour les entreprises chinoises. Les Africains pourraient subir les conséquences de ces nouveaux flux commerciaux et de cette nouvelle concurrence technologique et économique de différentes manières, en fonction de leur approche en tant que consommateurs ou travailleurs.

D'une part, la région pourrait bénéficier de meilleurs produits à des prix plus bas. La concurrence internationale en général, et celle de certains produits chinois difficiles à commercialiser aux États-Unis et en Europe, pourrait conduire à de meilleurs produits à des prix plus bas dans la région, tels que les véhicules électriques, les panneaux solaires ou les puces.

Les clients africains, si les pays restent à l'écart des conflits commerciaux et ont des politiques douanières laxistes, pourront profiter de l'opportunité de ce que l'on appelle souvent le « leap frog » ou saut de puce pour accéder aux produits de dernière technologie à un meilleur prix en sautant une étape technologique. Peut-être que de nombreux Africains qui n'ont jamais possédé de voiture à essence pourront passer à une voiture électrique à bas prix.

D'un autre côté, il s'agirait d'un nouvel obstacle au processus d'industrialisation de l'Afrique, voire d'une concurrence insupportable pour la base manufacturière insuffisante de la région. Quoi qu'il en soit, la réalité est qu'à l'exception de l'Afrique du Sud et récemment du Maroc, qui a développé une puissante industrie d'exportation automobile, la région n'est pas productrice de ces biens de moyenne et haute technologie, tels que les panneaux solaires ou les voitures électriques susmentionnés, avec lesquels la Chine veut conquérir les marchés mondiaux.

Décisions à prendre : mieux vaut les prendre dans le cadre de partenariats régionaux

Plusieurs dilemmes se posent aux gouvernements africains : accepter le flot prévisible de produits chinois bon marché pour améliorer le niveau de vie de la population africaine et la productivité ; imposer des droits de douane pour sauvegarder l'industrie locale ; rechercher des accords de libre-échange pour tirer parti de la concurrence géopolitique internationale et s'insérer dans la chaîne de valeur mondiale par le biais de relations amicales et de nearshoring ; et rechercher des accords de libre-échange pour tirer parti de la concurrence géopolitique internationale et s'insérer dans la chaîne de valeur mondiale par le biais de relations amicales et de nearshoring.

L'Afrique, avec sa démographie et son marché intérieur qui connaîtra une forte croissance dans les années à venir, se trouve dans une situation avec des avantages qu'elle n'a pas connus depuis des décennies. La concurrence à l'échelle mondiale entre la puissance économique de l'Union européenne et les deux superpuissances mondiales que sont la Chine et les États-Unis, sans oublier l'Inde émergente, est une opportunité pour le continent de négocier sur plusieurs fronts avec les différentes puissances mondiales afin d'obtenir de bons accords commerciaux, économiques et d'investissement. Et si les accords d'intégration régionale tels que l'UOMEA devaient progresser dans leur coordination et agir comme une « Union européenne », le pouvoir et la position de l'Afrique dans la chaîne mondiale du commerce et de la valeur pourraient subir un changement majeur dans les années à venir.

Les constructeurs automobiles chinois, par exemple, ont déjà annoncé des investissements de plusieurs millions de dollars dans des usines au sein de l'Union européenne ou, par exemple, au Brésil pour faciliter l'entrée de leurs produits sur ces marchés en échange de la délocalisation d'une partie de leur production vers ces marchés. L'Afrique pourrait-elle demander la même chose ?

Renforcer les différentes organisations africaines d'intégration régionale telles que l'UEMOA, la SACU et la CEMAC et les valider en tant qu'interlocuteurs de leurs nations membres vis-à-vis du potentiel mondial (Europe, États-Unis, Chine, Inde, etc.) serait une étape très importante pour que la région tire le meilleur parti possible de la nouvelle ère de concurrence technologique, économique et commerciale dans laquelle le monde est en train d'entrer.

Dans un monde plus complexe où plusieurs puissances mondiales rivalisent pour étendre leurs marchés et leur influence, l'Afrique peut améliorer sa situation, mais la coordination et l'action au sein de blocs régionaux sont nécessaires pour tirer parti des opportunités et éviter les éventuels préjugés que le nouveau panorama mondial peut également engendrer.

Igor Galo


Publicité

SONDAGE

Dossier des 18 000 tonnes de riz avarié : le Chef de l'Etat a donné instructions aux Ministres de prendre toutes les sanctions contre les responsables au terme de l'enquête. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:436 Resultat Archive


PORTRAIT


Soumaré Issouf

Professeur titulaire et Directeur du Laboratoire d’ingénierie financière de l’Université Laval (LABIFUL) au Canada

Prof. Issouf SOUMARÉ est Professeur titulaire et Directeur du Laboratoire d’ingénierie financière de l’Université Laval (LABIFUL) au Canada. Il est également le Président-Fondateur de l’INSTITUT SOUMARÉ DE LA FINANCE et de l’UNIVERSITÉ SOUMARÃ... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 45-4010-10
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés